les amis de la bibliothèques Albert Cohen de Saint Leu la Forêt
vous êtes ici > accueil > coups de cœur > LES MILLE ET UNE NUITS
médiathèque Georges Pompidou
présentation
Occupation/Résistance
Conférences en images
 
langue française
sans faute
erratum
le tréma
vacances avignonnaises
 
évènements
Balade à pas comptés
La plume musicale
Yvette Godin
Robert Bigot
La question Tibétaine
Bach et Rameau
la trilogie Joubert
géopolitique de l'islam
une dame nommée wanda
Johann von Schiller
Konrad Lorentz
Frantz Schubert
Wanda Landowska
Albert Einstein
Prix Ernaux 2008
Prix Ernaux 2007 palmares
Prix Ernaux 2007
Prix Ernaux 2006
Prix Ernaux 2005
Prix Ernaux 2004 adultes
Prix Ernaux 2004 juniors
Journée Reine Hortense
Journée St Leu la poésie
Erreur de Chantal Gosset
Victor Schoelcher
 
du côté des femmes

aung san suu kyi
Wangari Maathai
 
coups de coeur
Jean Bensimon
maestro
Lettre à mon jardin
Pour Camille
Gisèle Pineau
Diaporama
Club lecture
Bonnes nouvelles
Histoire de coeur
Cinéma
Conte-leu
Musique
Les mille et une nuits
l'écrivain
l'attaché case
à mots contés
la sente
chagrin d'amour
vous avez dit coua
 
remue-méninges
 
patrimoine
Eyvind Johnson
Hortense, duchesse de St Leu
histoire de st leu
conférence sur la résistance
les sentes de st leu (pdf)
 
jeunesses
Gwenaell Poline
Marie-Ange Le Rochais
Modigliani
A vos manettes
Marie Turcan
Eléonore Greif
Lucie Greif
 
contact
titre-présentation
 
CHRONIQUE DES RECUEILS DE NOUVELLES « LES MILLE ET UNE NUITS »
 
L’actualité internationale, marquée par le chaos irakien, nous incite malheureusement à relire cette œuvre hors du commun. Recueil anonyme écrit par ajouts successifs entre le Xe et le XIVe siècle, Les Mille et une nuits rassemblent des contes arabes d'origine persane. Traduits en français en 1704 par Antoine Galland puis Mardrus au XIXème siècle, ils connaissent un succès considérable.
Fables, histoires d'amour ou contes merveilleux, ces récits contiennent des éléments d'origine indienne, chinoise, persane, turque ou encore égyptienne. Certains de leurs personnages sont devenus célèbres tels Aladin et sa lampe merveilleuse, Ali Baba et ses 40 voleurs ou Sindbad le Marin. Signalons que la Compagnie EclaThéâtre propose, chaque année, au Théâtre du Gymnase, une adaptation scénique fort réussie d’une sélection de ces contes. Loin d’être destinées aux enfants, ces histoires de voleurs et de génies, ces récits de voyage souvent facétieux et sensuels mettent en scène toutes les surprises de la vie. Au lecteur d’en tirer des leçons de mesure et de sagesse. A la différence des romans de chevalerie occidentaux, Les Mille et une nuits s’intéressent aux gens du peuple autant qu’aux puissants, avec lesquels chacun peut dialoguer et en tirer un bénéfice mutuel.
Leçon de philosophie et de bonne gouvernance. Mais aussi leçons de géographie humaine. Les grandes métropoles arabes constituent des points de passage décrits avec mille et un détails colorés et parfumés. Souks, hammam, soieries et bijoux éblouissent autant le lecteur que les personnages. Avec Le Caire et Damas, Bagdad est l’une de ces cités majestueuses.
La capitale irakienne sert par exemple de cadre à L’histoire du Dormeur Éveillé. Devenu pour une journée calife à la place et par la volonté du calife lui-même, un simple marchand découvre la complexité et les plaisirs d’une civilisation à son apogée. Danses, spectacles, intrigues, querelles d’écoles islamiques, encyclopédies luxueuses, astronomie savante l’étourdissent avant qu’il ne retrouve trop vite sa vie quotidienne. Mieux vaut se résigner à l’ordre social plutôt que songer à le remettre en question. Sagesse orientale…
Souvenons-nous surtout de la conteuse ! Mari trompé, le sultan de Samarcande se venge en passant chaque nuit avec une nouvelle femme et lui fait couper la tête au matin. Schéhérazade est la fille aînée du grand vizir. Belle et cultivée, elle a lu les livres anciens, les légendes, l’histoire des peuples. Elle raconte une histoire après l’autre pour se rendre indispensable au tyran. Mille et une nuits plus tard, le sultan devenu civilisé épargne la princesse.
Bien malin également ce pêcheur qui réussit à faire rentrer dans son vase le génie destructeur qu’il avait imprudemment libéré. Despote récemment déchu, Saddam s’était fait construire des palais dignes des Mille et une nuits. Peut-être est-il lui aussi enfermé dans un récipient. Un fût d’armes chimiques sans doute…

Longtemps considérée, avec Constantinople, comme les deux yeux du monde, Bagdad a vu récemment sa grande bibliothèque et son musée national ravagés et entièrement pillés. C’est l’histoire du monde entier et sa mémoire que l’on a saccagées. Alors, reprenons en chœur, en l’adaptant un peu, cette formule venue d’Europe de l’Est au temps du rideau de fer : Au secours ! Schéhérazade, reviens ! Ils sont devenus fous ! Qui raconterait aujourd’hui des histoires aux puissants de la planète pour les apaiser ?



DidierDELATTRE

Haut de pagevous êtes ici > accueil > coups de cœur > LES MILLE ET UNE NUITS

Saint Leu La ForêtCommunauté d'agglomération Val ForêtCommunauté d'Agglomération Val Parisis
271 Chaussée Jules César
95250 Beauchamp
01 30 26 39 41
Médiathèque Georges Pompidou Saint-Leu-la-ForêtMédiathèque Georges Pompidou Saint-Leu-la-Forêt
           6 avenue des Diablots
           95320 SAINT-LEU-LA-FORÊT
           Tél. : 01 34 18 36 80
           mediatheque.stleu@valparisis.fr
   
Les amis de la médiathèque de Saint Leu la Forêt | 8, sente des Potais - 95320 Saint-Leu-la-Forêt - 01 39 60 52 11 - lesamis@signets.org | réalisation création site vannes ©2012