les amis de la bibliothèques Albert Cohen de Saint Leu la Forêt
vous êtes ici > accueil > langue française > sans faute
médiathèque Georges Pompidou
présentation
Occupation/Résistance
Conférences en images
 
langue française
sans faute
erratum
le tréma
vacances avignonnaises
 
évènements
Balade à pas comptés
La plume musicale
Yvette Godin
Robert Bigot
La question Tibétaine
Bach et Rameau
la trilogie Joubert
géopolitique de l'islam
une dame nommée wanda
Johann von Schiller
Konrad Lorentz
Frantz Schubert
Wanda Landowska
Albert Einstein
Prix Ernaux 2008
Prix Ernaux 2007 palmares
Prix Ernaux 2007
Prix Ernaux 2006
Prix Ernaux 2005
Prix Ernaux 2004 adultes
Prix Ernaux 2004 juniors
Journée Reine Hortense
Journée St Leu la poésie
Erreur de Chantal Gosset
Victor Schoelcher
 
du côté des femmes

aung san suu kyi
Wangari Maathai
 
coups de coeur
Jean Bensimon
maestro
Lettre à mon jardin
Pour Camille
Gisèle Pineau
Diaporama
Club lecture
Bonnes nouvelles
Histoire de coeur
Cinéma
Conte-leu
Musique
Les mille et une nuits
l'écrivain
l'attaché case
à mots contés
la sente
chagrin d'amour
vous avez dit coua
 
remue-méninges
 
patrimoine
Eyvind Johnson
Hortense, duchesse de St Leu
histoire de st leu
conférence sur la résistance
les sentes de st leu (pdf)
 
jeunesses
Gwenaell Poline
Marie-Ange Le Rochais
Modigliani
A vos manettes
Marie Turcan
Eléonore Greif
Lucie Greif
 
contact

langue française


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SANS FAUTE,
LA CHRONIQUE DE L’ORTHOGRAPHE

L’ACCORD DU PARTICIPE PASSE
L’ACCENT CIRCNFLEXE
L’ORTHOGRAPHE N’EST PLUS CE QU’ELLE ETAIT...
L'OGNON ET LE CHARRIOT
BIZARRE,BIZARRE
A CHAQUE DICTIONNAIRE, SA POLITIQUE




L’ACCORD DU PARTICIPE PASSE

 

“ Mignonne, allons voir si la rose

qui ce matin avait déclose

sa robe de pourpre au soleil ”  

En quoi ce célèbre vers de Ronsard témoigne-t-il de l’évolution de la langue française ?

De toutes les difficultés que l'on rencontre aujourd’hui dans l'usage quotidien du français écrit, l'accord du participe passé est sans doute la plus fréquente.

Les erreurs et les hésitations sont multiples, et ne portent pas forcément sur les cas d'accord les plus complexes (formes pronominales, comme “ se voir ”, “ se donner ”, participe passé suivi d'un infinitif : “ écouté chanter ”), mais bien souvent sur les cas les plus “ simples ”.

Ainsi l'on nous demande souvent comment il faut écrire : “ les décisions que j 'ai pris ”, en précisant “ je est une femme (ou un homme) ”. D'autres se souviennent qu'il est question d'un COD mais ne savent plus trop où le chercher, ni à quoi il sert. Beaucoup savent que l'accord ne se fait pas toujours mais ont oublié quand et comment le faire comme cette personne qui nous écrivait récemment : “ Ces forêts m’ont conduites vers des vallées merveilleuses – Dois-je accorder avec le sujet “ ces forêts ” ou bien n’y a-t-il pas d’accord avec l’auxiliaire avoir comme le veut la règle ? ”. Le flou règne donc dans les esprits lorsqu'apparaît un participe passé à accorder.

L'objet de cette chronique n'est pas de faire un cours de grammaire exhaustif sur le participe passé mais plus simplement de considérer deux aspects : l'un historique, l'autre pratique.

Pour mémoire, et sans vouloir injurier le savoir du lecteur, rappelons seulement l'accord le plus commun du participe passé avec avoir : il n'y a jamais d'accord avec le sujet, il n'y a d'accord possible qu'avec le COD si celui-ci est placé avant le participe passé.

Ainsi l’on écrit  : elles ont donné les résultats de l’élection.

Les résultats de l’élection qu’elles ont donnés.

Comment en est-on arrivé là ?

Il faut remonter au Moyen Age, car l'histoire du participe passé est assez ancienne. La structure de la langue était alors assez différente de ce qu'elle est aujourd'hui et l'on écrivait par exemple “ j'ai les pommes mangées ”.

Puis, la langue ayant évolué, l'auxiliaire et le participe passé se sont rapprochés, et l' “ objet ” a été rejeté soit avant le verbe, soit après.

A la fin du Moyen Age, les copistes n'avaient aucun mal à conserver l'accord lorsqu'ils écrivaient l'objet avant le verbe : “ les pommes que j'ai mangées ”. Par contre, lorsque cet objet était placé après le verbe, bien souvent le verbe était écrit sans accord et lorsque le copiste écrivait l'objet, il ne corrigeait pas son oubli : “ j'ai mangé des pommes ”.

Au XVIe siècle, cette erreur était devenue l'usage si bien que les grammairiens qui fixaient alors les accords en firent la règle. Or, Ronsard respectait encore la règle ancienne, accordant déclose avec robe, le participe avec l’objet, s’opposant ainsi à la règle nouvelle qui lui aurait fait écrire :

“ Mignonne, allons voir si la rose

qui ce matin avait déclos

sa robe de pourpre au soleil ”

Cependant Ronsard n’était déjà plus qu’une voix isolée et nous devons donc à l'erreur des copistes du Moyen-Age de ne plus accorder dans tous les cas le participe passé “ avoir ” avec l'objet.

En pratique aujourd'hui, les rectifications de 1990 se sont-elles attaquées à cette forteresse aux multiples chaussetrappes ? De fait, pas vraiment. Le seul acquis des rectifications est l'invariabilité de “ laisser ” lorsqu'il est suivi d'un infinitif. Ainsi lorsque auparavant l'on écrivait “ ils se sont laissés vivre ” mais aussi “ ils se sont laissé tromper ”, on pourra désormais écrire “ ils se sont laissé vivre ”.

On voit que la rectification est très prudente, et qu'il faudra continuer à écrire “ les vaches qu'il a menées paître ” et “ les moutons qu'il a mené tondre ”, ou bien “ ils se sont entendus rire ” et “ ils se sont entendu appeler ”. Il reste donc des chantiers pour les réformateurs à venir.

Olivier HAENEL


L’ACCENT CIRCONFLEXE

Voici peu de temps, j’ai eu à corriger deux phrases rédigées par des adultes, pour lesquels le temps des apprentissages était lointain, et qui de ce fait, avaient dû faire appel à leurs souvenirs, qui se sont révélés trompeurs. Voici donc les phrases incriminées : « Je n’ai pas pû trouver l’objet » et « Ils n’ont pas sû comment régler l’appareil ». Chaque fois, nous repérons un accent circonflexe superflu. Les raisons de ces apparitions sont incertaines mais elles autorisent certaines hypothèses :

1°) Il y a un accent circonflexe sur « dû », donc il peut y en avoir sur les autres verbes en « u ».
2°) Le circonflexe est utilisé pour certains temps du passé (passé simple, imparfait du subjonctif).
Dans tous les cas, cet accent apparaît de façon irrégulière et l’on peut supposer que cette irrégularité est source de confusions.

Il faut convenir que cet accent est assez fantaisiste et que bien souvent, la seule règle dont on se souvient est qu’il apparaît pour marquer la disparition d’une lettre, généralement un « s », comme dans « forêt », dont les dérivés ont gardé le « s », comme « forestier », « déforestation », etc.. C’était en effet l’usage auquel le destinaient les imprimeurs lorsqu’ils l’utilisèrent pour la première fois dans le courant du XVIe siècle. A cette époque, l’orthographe était plus complexe qu’aujourd’hui et les mots s’écrivaient avec des lettres maintenant disparues : le « s », bien sûr, mais aussi d’autres moins connues, comme les a, les é ou les d. Ainsi les hiatus dans aage ou roole furent-ils remplacés par un circonflexe pour donner âge et rôle.

Cependant, à partir de cette époque de nombreuses lettres disparaissent sans pour autant laisser de traces et plus rien ne nous rappelle qu’ajouter s’écrivait «adjouter» et avouer «advouer», ou encore nièce «niepce». Première source d’irrégularité donc, le circonflexe marque la disparition d’une lettre, mais ce n’est pas systématique. Ensuite, le circonflexe disparaît parfois dans les dérivés. Nous trouvons donc « jeûner » mais « déjeuner », « arôme » mais « aromate », « grâce » qui donne « gracieux », ou encore « suprême » et « suprématie ».

Enfin, troisième source de confusions, le circonflexe apparaît parfois sans raison, il ne manque aucune lettre disparue, tout juste permet-il de différencier certains homonymes comme « sûr » ou « mûr ». Mais que dire de « pôle », « fantôme » ou « symptôme », pour lesquels on ne signale ni disparition, ni voisinage dangereux !
Le peu de logique ni de cohérence de cet accent explique nombre d’erreurs dans son usage et justifie l’intérêt des réformateurs. Les propositions de 1991 permettaient de limiter les cas d’utilisation du ^ en le rendant facultatif sur les a, i et u, sauf cas particuliers. On peut donc écrire aujourd’hui, sans commettre d’erreur, une croute, une voute, une brulure ou un maitre. Toutefois les dictionnaires nous offrent encore trop rarement ces variantes et bien souvent on ne trouve que la forme traditionnelle avec son couvre-chef…

Si l’on consulte le Dictionnaire de l’Académie en ligne, dans la rubrique « orthographes recommandées », qui fait la liste des graphies admises, nous trouvons les deux variantes, l’ancienne avec son accent et la nouvelle sans accent. Mais, on l’a déjà noté, ce dictionnaire n’est pas d’un usage courant. Si nous consultons le Petit Robert ou le Petit Larousse, nous n’y trouvons que les formes classiques. Par contre, Hachette reprend les graphies rectifiées non comme « entrées » mais en fin d’article comme « variante ». Il ne nous appartient pas ici de juger de la politique linguistique de tel ou tel dictionnaire mais si l’on veut un jour voir les nouvelles graphies en usage, seule leur adoption par les dictionnaires courants favorisera cette expansion.

 
Olivier HAENEL

 
L’ORTHOGRAPHE N’EST PLUS CE QU’ELLE ETAIT...
C’est avec plaisir que nous avons inauguré, récemment , cette nouvelle chronique dédiée à l’art d’écrire sans faute. Elle nous est proposée par un lecteur passionné par notre chère orthographe. Voici la première partie de son article consacré à une réforme confidentielle...

L’orthographe française semble n’être rythmée que par un seul évènement : la “ Dictée ” de Monsieur Bernard Pivot. Ce rendez-vous collectif de pièges et de mots rares est le seul moment où un grand nombre de Français s’interrogent sur leur langue. Pourtant, il y a 13 ans de cela, le français faisait la une de tous les médias.
Souvenez-vous. C’était le printemps. Michel Rocard, alors Premier ministre, ayant décidé que le domaine de la langue devait relever de son autorité voulut mettre en œuvre une réforme de l’orthographe. Il réunit, comme il se doit en pareille circonstance, un comité de sages chargés d’élaborer une série de propositions afin de supprimer certaines incohérences et autres anomalies. Les premières propositions connues, les boucliers se levèrent. Académiciens, écrivains, animateurs de télévision, nombreux furent ceux qui, brandissant les drapeaux de la tradition, de la beauté de la langue, de ce “Je ne sais quoi” qui lui donne son sel, décrétèrent la patrie en danger et montèrent à l’assaut contre cette révolution, épaulés par les légions de tous ceux qui, ayant appris ces difficultés à l’école, ne voyaient pas pourquoi les écoliers futurs auraient dû y échapper.
L’été passa, la querelle enfla tout l’automne jusqu’à la publication des rectifications au Journal Officiel le 6 décembre 1990, déchaînant les foudres des opposants. L’Académie hésita de votes en réunions pour finalement, en janvier 1991, décider de les admettre sans qu’elles puissent pour autant être imposées par voie légale ou réglementaire. La conséquence en fut qu’il n’y eut pas de circulaire ministérielle informant les administrations des orthographes nouvelles. Surtout pas à l’Éducation Nationale, où elles ne seront pas enseignées ! Pour les médias, la réforme était de fait enterrée, ce qui tombait plutôt bien car il fallait se consacrer (déjà) aux bruits de bottes... La bombe orthographique était un pétard mouillé que la tempête du désert balaya. Les rentrées suivantes se dérouleront avec une orthographe que l’on considéra inchangée, immuable, protégée, vénérée même lors des grand-messes de la “ Dictée ”.
Pourtant, celui qui se sera donné la peine de connaître les rectifications suggérées, qui les aura traquées dans les éditions successives des dictionnaires d’usage, celui-là aura vu qu’à la surface plane de l’océan orthographique s’agitent quelques vaguelettes, traces inavouées non d’une réforme mais de rectifications, publiées au Journal Officiel le 6 décembre 1990. Ainsi, en ouvrant un Petit Larousse, édition 2003, pour chercher la conjugaison du verbe céder, au tout début de l’ouvrage, on peut lire la phrase suivante écrite en dessous des conjugaisons : “ Dans la 9e édition de son dictionnaire (1992), l’Académie écrit au futur et au conditionnel je cèderai, je cèderais ”.
Voila bien du nouveau puisque, jusqu’alors, il fallait écrire : je céderai, je céderais. D’où venait cette initiative de nos vénérables académiciens ? Tout simplement de la prise en compte d’une des recommandations faites par le comité des sages au cours du bel été 1990...
De fait, sans se déclarer comme telles, les rectifications, en catimini, entrent dans nos dictionnaires. Mais nous verrons bientôt, au travers de quelques exemples, qu’elles n’y entrent pas de la même façon selon les éditeurs… (A suivre)

 
Olivier HAENEL

L’ognon et le charriot...
Or, donc, depuis 1990, l’orthographe de certains mots est rectifiée…mais qui le sait ? En effet, nombreux sont ceux qui pensent qu’il n’y a jamais eu de modifications, les enseignants les premiers puisque tout a été fait pour qu’ils les ignorent. Cependant, la conjugaison du verbe céder telle qu’elle apparaît dans le « Petit Larousse » nous indique que, doucement, l’orthographe bouge.
I Il suffit alors, me direz vous, d’un geste classique pour connaître l’orthographe nouvelle d’un mot …ouvrir son dictionnaire usuel. Hélas ! c’est à partir de ce geste anodin que les difficultés commencent. D’abord, votre dictionnaire doit être relativement récent. Si vous utilisez encore le dictionnaire que vous avez reçu pour votre première communion en 1974, inutile d’y rechercher nos orthographes nouvelles ! L’ouvrage, doit être postérieur à 1990 et encore mieux, à l’année 2000.
Ensuite, muni de cet ouvrage non encore obsolète, vous avez toujours pensé que la langue est ce qu’elle est, qu’un mot est écrit de la même façon quel que soit l’éditeur. Eh bien, ce n’est pas le cas et c’est pourquoi je vous propose de suivre le chemin de deux mots, oignon et chariot, au travers des trois dictionnaires les plus couramment vendus par les grands distributeurs, le Petit Larousse 2004, le Petit ROBERT et le dictionnaire Hachette 2004.


Bizarre, bizarre…
Ces deux mots possèdent chacun une bizarrerie que les rectifications de 1990 ont modifiée, le « i » d’oignon qui devient ognon et le « r » solitaire de chariot qui devient charriot, autorisant ainsi l’usage traditionnel ou l’usage rectifié ( les orthographes nouvelles n’abolissant pas les anciennes mais s’y joignant ). Or, selon le dictionnaire que vous allez ouvrir, vous ne trouverez pas les mêmes renseignements. Charriot apparaît chez Larousse sous sa seule forme traditionnelle. Il en va de même chez Robert qui toutefois nous indique en fin d’article : « On écrirait mieux charriot »…mais alors pourquoi ne pas en faire directement une entrée ? Enfin, chez Hachette, on trouve dans l’article chariot l’orthographe charriot présentée comme équivalente et une entrée sous cette forme nouvelle. Pour ognon, Larousse et Robert ne connaissent que la forme ancienne, oignon, alors qu’Hachette autorise les deux orthographes...



A chaque dictionnaire sa politique
Ainsi donc, selon l’ouvrage que vous possédez, vous n’écrirez pas ces deux termes de la même manière que votre voisin, ayant raison tous les deux, mais convaincus que l’autre a tort puisque la preuve est dans VOTRE dictionnaire. Le problème en fait, qui n’est jamais clairement explicité, est que chaque éditeur a une politique de la langue qui lui est propre et l’intégration des orthographes nouvelles relève de cette politique. C’est pour cette raison que nous pouvons lire dans la préface du Petit ROBERT : « Nous n’avons pas entériné les rectifications de 1990… »
Maintenant, si vous en avez le temps, je vous invite à un petit jeu : trouver l’orthographe rectifiée du verbe asseoir et comment elle apparaît dans les dictionnaires. A bientôt.


L’ACCENT CIRCONFLEXE
L’ORTHOGRAPHE N’EST PLUS CE QU’ELLE ETAIT...
L'OGNON ET LE CHARRIOT
BIZARRE,BIZARRE
A CHAQUE DICTIONNAIRE, SA POLITIQUE
 

 
Olivier HAENEL
vous êtes ici > accueil > langue française > sans faute
Saint Leu La ForêtCommunauté d'agglomération Val ForêtCommunauté d'Agglomération Val Parisis
271 Chaussée Jules César
95250 Beauchamp
01 30 26 39 41
Médiathèque Georges Pompidou Saint-Leu-la-ForêtMédiathèque Georges Pompidou Saint-Leu-la-Forêt
           6 avenue des Diablots
           95320 SAINT-LEU-LA-FORÊT
           Tél. : 01 34 18 36 80
           mediatheque.stleu@valparisis.fr
   
Les amis de la médiathèque de Saint Leu la Forêt | 8, sente des Potais - 95320 Saint-Leu-la-Forêt - 01 39 60 52 11 - lesamis@signets.org | réalisation création site vannes ©2012